Northland

Tout est dans le nom, une terre au Nord de l’Ile du Nord. Une terre chargée d’histoire et pleine de surprises. C’est, entre autres, dans cette région que se trouve les dunes de Te Paki.

DSCN5041

Un désert de sable, un petit bout de Sahara au milieu du Pacifique, une chaleur accablante à seulement quelques kilomètres des forêts luxuriantes du Nord.

Dans ce décor aride et sec, le paysage évolue sans cesse, soumis aux vents violents qui traversent le pays. Chargés de sable, les tourbillons arrachent à la terre les derniers morceaux de roches encore debout, créant au passage des sculptures d’une finesse incroyable.

Comment évoquer le Northland sans parler de Cape Reinga. Probablement l’un des phares les plus célèbres du pays.

_DSC7868-HDR

Si Cape Reinga est un haut lieu du tourisme, c’est surtout le lieu le plus sacré pour le peuple maori. Te Rerenga Wairua, c’est ici que les âmes voyagent après la mort, le long de la Ninety Mile Beach. Elles se dirigent ensuite vers un Pohutukawa âgé de 800 ans, puis elles glissent le long des racines de l’arbre pour rejoindre la mer.

_DSC8341-HDR

Elles voyagent sous l’eau jusqu’à Three Kings Islands où elles rejoignent Ohaua, le point culminant, afin de faire leurs derniers adieux au monde des vivants avant de rejoindre la terre des ancêtres, Hawaiiki-A-Nui.

Cape Reinga est également le lieu de rencontre entre la mer de Tasman à l’Ouest et l’océan Pacifique à l’Est. La rencontre des masses d’eau engendre des courants d’une force considérable. Te Moana-a-Rehua, l’homme-mer des Maoris, rencontre ici la femme-mer, Te Tai-o-Whitirea. Les vagues et les tourbillons créés par les courants représentent le rapprochement des hommes et des femmes et la création de la vie.

_DSC7913-Panorama

Les contes et légendes sont légion dans le Northland, attisés par de nombreuses curiosités naturelles. Les Mermaid Pools en font partie ; à marée basse, on y découvre une succession de piscines naturelles aux couleurs pour le moins surprenantes… Mais aucune sirène à l’horizon !

Pour nous, le Northland sera marqué par la visite de Spirits Bay. Comme souvent, nous avions prévu d’y rester une nuit, nous sommes repartis 3 jours après. Une plage de sable rosée par les éclats de nacre d’ormeaux, un ciel azuré et un coin de plongée parfait : de quoi combler toutes les attentes.

_DSC7947-HDR

C’est par ailleurs lors d’une sortie de pêche sur les rochers de Spirits Bay que nous avons eu la chance d’observer un requin cuivre de belle taille. Ce requin, comme la plupart de ses confrères ne représente pas une menace pour l’Homme, une petite montée d’adrénaline tout de même en réalisant que ce « gros poisson » nageait là où nous étions quelques minutes plus tôt.

Notre dernière rencontre naturaliste en Nouvelle-Zélande a eu lieu à Oke Bay, un petit paradis de sable blanc.

_DSC8399-Panorama

Difficile de mettre des mots sur de telles émotions et malheureusement aucune image, c’est pourquoi nous vous proposons un extrait tiré de nos carnets de voyage afin de revivre avec nous un moment inoubliable :

« Cela fait bien 20 minutes que nous sommes dans l’eau, pas grand chose sur le fond. Quelques kahawais, des snappers, un fond marin assez ouvert mais peu d’algues et de petites espèces. Je commence à avoir un peu froid, j’appelle Aurore pour retourner au sec. 

A une trentaine de mètres de la plage, elle sort la tête de l’eau et me demande si j’ai entendu un bruit. Rien pour moi, ou bien je n’y ai pas fait attention. Je replonge la tête sous l’eau et tend l’oreille. De petits cliquetis métalliques, une sorte de couinement plaintif et répété se font entendre. Puis plus fort, plus près peut-être. Ce son, si particulier, je ne l’ai jamais entendu que dans les documentaires. On sort la tête de l’eau en même temps, là, près de la plage, des dauphins !!

Un groupe de grands dauphins, sauvages, venus chasser dans la baie. Ils apparaissent puis disparaissent à une vitesse incroyable, ils semblent voler sous l’eau. Curieux et confiants face à l’attitude respectueuse des quelques personnes présentes, ils n’hésitent pas à venir tournoyer autour des nageurs. Ils vrillent, sautent, dansent sous nos pieds. Ils nous frôlent, sans jamais nous toucher. D’immenses torpilles grises, fuselées, chassent les poissons à quelques mètres de nous.

Puis, au bout de quelques minutes d’une intensité que je ne saurais qualifier, ils disparaissent. Ils quittent la baie sous la pression d’un bateau du Dolphin Tour, chargé à ras bord d’une foule de touristes prête à tous les extrêmes pour réaliser un rêve au parfum de cauchemar pour ces animaux hors du commun. »

_DSC8362-HDR

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :